LE DIAGNOSTIC DE LA MALADIE D'ALZHEIMER

Dès l’apparition des signes précurseurs de la maladie, il est important de consulter un médecin le plus rapidement possible.  Plusieurs examens sont à effectuer afin d'établir un diagnostic de la maladie d'alzheimer. Comment le diagnostic est-il établi avec certitude ?

Quand procéder au diagnostic de la maladie d'Alzheimer


Il est difficile d'être certain qu'une personne soit bien atteinte de la maladie. Plusieurs des symptômes d'Alzheimer ressemblent à ceux d'autres affections, comme la démence sénile, la dépression, etc.
L'examen diagnostic doit être entrepris dès l'apparition de plusieurs des symptômes : le médecin va alors tenter d'éliminer les autres maladies pouvant les causer.
Le bilan diagnostic peut être réalisé par un neurologue ou un gériatre, voir un psychiatre spécialisé en 'consultation mémoire'.
Après ce premier examen, un bilan neuropsychologique plus complet sera demandé à un neuropsychologue.
Une prise de sang sera également prescrite, afin d'éliminer l'hypothèse d'une maladie hépatique, thyroïdienne ou d'une autre affection susceptible d'entraîner des troubles cérébraux similaires.
Souvent, une imagerie cérébrale, IRM ou scanner, sera demandée pour renforcer les preuves diagnostiques en visualisant une atrophie de certaines régions du cerveau. C'est dans ce domaine que les plus grandes avancées ont été faites ces dernières années. Les IRM de nouvelle génération permettent de définir le stade de la maladie et de visualiser sa progression.
En définitive, les médecins ne peuvent déterminer l'existence d'un Alzheimer qu'avec un degré maximal de certitude oscillant entre 80 et 90%. On parle alors de «maladie d'Alzheimer probable» ou maladie 'D.T.A.' ('De Type Alzheimer').